La créativité en entreprise

La créativité est un outil essentiel dans la démarche commerciale, car elle permet d’innover, de créer de la cohésion, … Il s’agit donc d’un élément-clef dans la vie entrepreneuriale. Pourtant, celle-ci est souvent mise de côté, à la fois par les agents commerciaux et par les entreprises. Nous allons donc voir quels sont les principaux freins à notre créativité, mais également les solutions existantes.

De manière générale, le processus créatif se divise en trois grandes étapes :

  • La clarification : la clarification se divise elle-même en deux étapes :
    • diagnostic : quel est le problème et quelles sont ses conséquences.
    • défi : il s’agit de formuler le problème sous la forme d’une question la plus claire possible afin de motiver nos partenaires et de ne pas dévier de notre réflexion.
  • l’idéation :
    • génération d’idées : cette étape pose souvent problème, car sans nous en rendre compte, nous freinons inconsciemment notre processus créatif par différents facteurs que nous analyserons plus bas.
    • élaboration de solutions.
  • l’implémentation :
    • adhésion des parties prenantes et répartition des tâches.
    • formulation d’un plan d’action.

Dans la phase d’idéation, la génération d’idées est souvent une étape complexe et peut dans certains cas amener des tensions. Ces freins sont cependant très faciles à surmonter une fois identifiés. Nous allons donc analyser ces freins à la créativité et nous élaborerons ensuite des solutions réalistes.

Quand on t’empêche de mettre ton plus beau dunk…

Les principaux freins à la créativité sont ainsi :

  • Le jugement de valeur : Le jugement de valeur est naturel chez l’Homme. En effet, en société, nous nous jugeons tous et nous jugeons tout, et c’est donc nécessairement le cas dans le monde du travail, et particulièrement dans les équipes. En effet, nous sommes contraints de travailler avec des individus que nous n’apprécions pas nécessairement et qui peuvent être très différents de nous. Il serait alors très simple de dire que le jugement de valeurs est absolument à proscrire, mais la réalité est plus complexe. On ne peut s’empêcher de juger, l’essentiel est plutôt de contrôler notre jugement et notre « body langage » afin d’exprimer un jugement réfléchi, constructif et exprimé pacifiquement. Cela permettra à chacun de se sentir relativement à l’aise afin d’exprimer des idées qui peuvent parfois sembler saugrenues ou étranges, mais qui peuvent finalement se révéler très utiles. Par ailleurs, mieux vaut garder nos remarques pour la phase de tri des idées, afin de ne pas casser la dynamique créatrice.

  • L’esprit critique : L’esprit critique est un mode de réflexion que nous avons intégré dès notre plus jeune âge au travers de notre formation scolaire. C’est d’ailleurs la grande fierté de l’éducation nationale que de vanter l’esprit critique de ses élèves, capacité développée grâce à de nombreuses lectures, analyses critiques historiques, … Toutefois, cela peut parfois représenter un frein à notre créativité, car nous avons tendance à examiner la valeur logique de nos idées, leur aspect concret, … ce qui peut finalement nous restreindre. Il est donc nécessaire de mettre notre esprit critique de côté pendant quelques instants (sans oublier de le reprendre, n’est-ce pas) afin de maximiser notre champs de réflexion.
Empty your mind
  • La peur de la nouveauté : la plupart du temps, cette peur se retrouve chez les individus assez routiniers, craignant le changement et refusant l’imprévu. Cette vision est tout à fait compréhensible et représente en elle-même de nombreux avantages. Toutefois, dans la démarche créative, ce caractère peut poser problème par son côté limitant, il est donc nécessaire de sortir de sa zone de confort ou bien de créer des équipes équilibrées permettant de diversifier les profils en son sein.
  • L’impatience : L’impatience est souvent un trait de personnalité plus ou moins problématique, et notamment en créativité. En effet, un individu impatient aura tendance à se contenter des premières idées sans aller chercher plus loin. Certes, cela peut être suffisant dans certains cas, mais il est aussi intéressant d’explorer d’autres pistes, parfois plus originales. Il faut donc faire un travail sur soi afin de développer notre patience.
  • L' »inspiration » : S’inspirer des idées ou du travail d’autrui peut souvent être une bonne chose, tant qu’il ne s’agit pas d’une forme de plagiat déguisé. Cependant, en créativité, mieux vaut éviter cette pratique, car cela aura tendance à restreindre fortement notre réflexion et donc notre champs des possibles. En effet, si l’on s’inspire d’un autre travail, nous aurons tendance à nous cantonner à une piste, mettant de côté toutes les autres possibilités. Mieux vaut prendre davantage de temps et avoir un large champs d’exploration plutôt que de s’inspirer et finalement se restreindre.

  • Les questions fermées : Comme nous l’avons vu plus haut, le processus créatif se déroule en plusieurs étapes, et comporte notamment une phase de clarification dans laquelle il faut mettre sous forme de défi le problème initial. Mais ce défi doit être formulé sous forme de question ouverte, et non fermée, sinon les seules réponses envisageables seront le « oui » ou le « non », et aucune idée ne pourra émerger.
  • Le manque de « feed back » : le « feed back » désigne en bon français le retour sur le processus réalisé. Il s’agit en quelque sorte du commentaire final sur le résultat de l’expérience. Ce retour est nécessaire car il permet de prendre connaissance des points à améliorer, à développer, …

Malgré ces freins, la créativité peut être stimulée par différents processus :

  • Les échauffements créatifs : il s’agit de petits exercices à mettre en place en début de réunion permettant à la fois de développer l’esprit d’équipe et notre esprit créatif par son côté ludique et créatif. Il peut s’agir de chaînes de mots, d’inventions d’animaux, de jeux de mots, de petites scénettes, … Ce genre d’exercices peut déconcerter au départ, voire gêner, mais les participants y prendront rapidement goût de par son côté informel, léger et ludique.
  • L’outil photolangage : il s’agit simplement d’utiliser des supports photographiques permettant de dialoguer, d’exprimer des opinions auxquelles nous n’aurions pas nécessairement pensé, de donner un support à des idées, … Cet outil est souvent utilisé par les novices et les débutants en créativité, car il est très facilement appréhendable.
  • La méthode des Six Chapeaux : Développée par E. Bono, cette méthode consiste à attribuer à chacun des participants un chapeau auquel est attribué un mode de pensée. Les intervenants échangeront leurs chapeaux au fur et à mesure et pourront ainsi adopter tous les modes de réflexions, permettant finalement de provoquer des idées en chaîne, des résolutions des problèmes, le tout en l’absence de critiques.
Quand on t’offre un chapeau pour Noël
  • L’outil des Cinq Pourquoi : la méthode des Cinq Pourquoi permet la résolution de conflits et de problèmes en identifiant les causes profondes de ceux-là, pour finalement proposer des solutions efficaces et définitives.
  • L’identification des motivations : De manière générale, il faut réussir à proposer (ou rendre) des projets intéressants afin de stimuler nos partenaires, ce qui leur permettra d’être beaucoup plus créatifs. Ce nécessité d’un travail intéressant est particulièrement défendue par Richard Deci en 1975, qui distingue deux types de motivations, influencant nécessairement notre créativité. On distingue en effet la motivation :
    • intrinsèque : l’action est menée par l’individu de par sa propre volonté, car il prend du plaisir à travailler et porte de l’intérêt ai sujet. Il n’attend donc pas de sanction (positive ou négative) particulière.
    • extrinsèque : une circonstance extérieure le pousse à l’action (récompense, prime, pression sociale ou hiérarchique, …). L’individu n’est pas que peu motivé à travailler, le ralentissant et freinant sa créativité. Mieux vaut réussir à rendre son travail intéressant selon Richard Deci.

Ainsi, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la créativité n’est une capacité nécessairement innée, elle peut se travailler au travers de diverses méthodes et exercices. Et il est surtout essentiel de la travailler afin de créer une cohésion au sein des équipes, pour stimuler nos collaborateurs, élargir vos communications, techniques de ventes, … Toutefois, la maîtriser parfaitement est une tâche complexe et longue, cela peut prendre des années avant de pouvoir l’acquérir. Il peut finalement être plus simple et plus avantageux de passer un contrat avec quelqu’un qui vous viendra directement en aide. C’est par exemple le cas de nos agents commerciaux, qui maîtrisent parfaitement ces techniques créatrices et pourront ainsi vous soutenir dans vos démarches. Ils vous permettront ainsi de trouver de nouveaux débouchés, de créer une dynamique créatrice, … très rapidement, faisant finalement exploser votre chiffre d’affaire !

N’hésitez donc pas à prendre rendez-vous pour avoir davantage d’informations. Vous pouvez réserver un horaire vous convenant via ce lien : calendly.com/lc-actiformpro

À bientôt,

L. Chatot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

CONTACT US

Vestibulum id ligula porta felis euismod semper. Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Aenean eu leo quam. Pellentesque ornare sem lacinia quam venenatis vestibulum. Maecenas mollis interdum!

Subscribe error, please review your email address.

Close

You are now subscribed, thank you!

Close

There was a problem with your submission. Please check the field(s) with red label below.

Close

Your message has been sent. We will get back to you soon!

Close